Reprendre
la vidéo

Maladies de la Hanche

Articulation coxo-fémorale : l'articulation de la hanche est composée de deux parties anatomiques. Le versant acétabulaire d'une part (cotyle) et le versant fémoral d'autre part (tête). La capsule, les ligaments et de puissants muscles unissent les deux versants de l'articulation.

Canal médullaire : partie centrale du fémur recevant l'implant fémoral. Le canal médullaire est de forme complexe, il est délimité par l'os cortical. Les variations anatomiques du canal médullaire sont à l'origine de problèmes d'adéquation au le design de l'implant. L'implant fémoral sur mesure reprend un design aussi proche que possible du canal médullaire.

Os cortical : le fémur est constitué comme un tube creux dont l'os cortical est la paroi. En fonction de l'épaisseur des corticales du fémur, le canal médullaire est plus ou moins large, ce qui nécessite une adaptation du design de la tige. L'épaisseur des corticales fémorales varie en fonction de l'age, du métabolisme osseux et de l'inclinaison du col fémoral.

Angle cervico-diaphysaire : l'angle formé par l'axe principal du fémur (diaphyse) et le col fémoral varie d'un personne à l'autre. Si la tige fémorale implantée présente une angulation éloignée de l'anatomie fémorale, cela entraine une modification de l'équilibre musculaire de la hanche et une modification de la longueur du membre inférieur.

Antéversion fémorale : le col fémoral est orienté vers l'avant, en moyenne de 20°. Cependant, les variations anatomiques sont fréquentes, entre -5° (rétroversion) et +50° (hyperantéversion). La planification 3D permet de mesurer l'antéversion fémorale et de planifier l'antéversion de la tige fémorale. Si l'antéversion de la prothèse n'est pas adaptée à l'anatomie de la hanche, les conséquences sont une trouble rotatoire.

Coxarthrose : dégradation mécanique de l'articulation de la hanche manifestée par une usure du cartilage, la production de becs osseux (ostéophytes), une condensation de l'os adjacent et des dégénérescences focales bénignes (géodes). Le traitement de la coxarthrose repose sur la prothèse totale de hanche.

Variations anatomiques : la morphologie de la hanche, appréciée dans ses trois dimensions, est complexe et variable d'un individu à l'autre. Depuis les débuts de l'histoire de la prothèse de hanche, chirurgiens et fabricants de prothèse ont toujours cherché à adapter la forme et la position des implants aux besoins des patients. Aujourd'hui, différentes réponses à cette exigence sont possibles : soit la multiplication des tailles et des familles d'implants, soit la réalisation d'un implant sur mesure si la situation l'exige.

Malformation : les malformations de hanche sont un facteur de risque de présenter une arthrose précoce. Ce risque est augmenté en cas de pratique sportive intensive. La malformation de hanche complique également le geste d'implantation prothétique, indiquant parfois la nécessité d'une prothèse sur mesure.

Dysplasie : encore appelée insuffisance de couverture, la dysplasie est une malformation globale de la hanche qui est souvent associée à des anomalies morphologiques fémorales telles qu'une coxa valga (col fémoral verticalisé) ou des troubles de torsion (excès d'antéversion du col fémoral). La prothèse sur mesure est une réponse à ces malformations.

Coxa valga : excès d'inclinaison du col fémoral par rapport à l'axe principal du fémur (verticalisation du col)

Coxa vara : insuffisance d'inclinaison du col fémoral par rapport à l'axe principal du fémur (horizontalisation du col)

Génétique : il existe une composante génétique à la coxarthrose. Certaines familles sont sujettes à des usures précoces des articulations, en particulier de la hanche.

Sport : la pratique intensive de certains sports augmente les risques de présenter une arthrose précoce de la hanche. Les arts martiaux, le foot, le rugby, la danse et de nombreux sports avec mouvements amples, pivots et impacts sont concernés.

Indication opératoire : la décision d'implanter une prothèse de hanche relève du dialogue chirurgien-patient, après analyse radiologique et clinique. La prothèse est une solution radicale qui est envisagée lorsque les solutions médicales ou conservatrices ne donnent pas satisfaction.

Fracture : après une fracture fémorale, la morphologie du canal médullaire peut être très perturbée. L'implantation d'une prothèse standard peut alors se révéler complexe et risquée. La conception d'une tige sur mesure est une solution adaptée à certaines situations de cal vicieux fémoral.

Implant fémoral : tige métallique constituée d'un axe principal intra-osseux (queue), d'un axe secondaire extra osseux (col) lui-même surmonté de la tête fémorale.

Implant acétabulaire : cupule hémisphérique destinée à être fixée dans le bassin. Synonymes : implant cotyloïdien, cupule cotyloïdienne, cotyle prothétique.

Modularité : utilisation de plusieurs éléments pour constituer la tige fémorale et s'approcher de l'anatomie de la hanche opérée. Historiquement les premières tiges fémorales étaient monobloc, puis la modularité a concerné la tête (tige en deux parties), puis le col (tige en trois parties).

Implant standard : chaque fabricant d'implants de hanche propose un catalogue comprenant différentes tailles et parfois différentes familles de prothèses. Il appartient au chirurgien de planifier l'implant le plus adapté à la morphologie du patient, de prévoir le positionnement de l'implant en fonction des objectifs pré-opératoires. En cas d'inadaptation à la morphologie du patient, l'implant sur mesure est une solution de recours pour restaurer l'anatomie.

Planification pré-opératoire : avant d'implanter une prothèse de hanche, la planification permet de prévoir la taille et le position des implants.

Planification 2D : utilisation de radiographies et de calques plans pour choisir les implants adaptés à une hanche. La planification 2D présente certaines limites : méconnaissance de la taille réelle des structures osseuses (une radiographie est la projection d'une image avec un agrandissement imprévisible). Par ailleurs, la planification 2D ne permet pas de mesurer la composante rotatoire de la hanche (antéversion ou rétroversion). Enfin, la planification 2D ne donne pas d'information sur le volume osseux et en particulier la forme précise du canal médullaire.

Planification 3D : utilisation d'un scanner pour choisir les implants adaptés à une hanche. Comme les techniques d’ingénierie industrielle, la planification 3D utilise des modèles volumiques des implants. La planification 3D est réalisée à taille réelle, en tenant compte de la composante rotatoire de la hanche (antéversion ou rétroversion) et de la réalité de l'anatomie intra-osseuse.

Risque : toute implantation de prothèse est associée à des risques de nature différente : risque mécanique, risque infectieux, risque anesthésique... le « risque zéro » n'existe pas. La planification 3D couplée à un implant sur mesure permet de diminuer le risque de complication mécanique dans les cas de morphologie coxo-fémorale atypique.

Allongement : l'implantation d'une prothèse de hanche offre la possibilité de modifier la longueur du membre inférieur. L'allongement de la hanche peut être planifié pour compenser la destruction articulaire due à l'arthrose. L'allongement est parfois involontaire, il s'agit alors d'une complication de la chirurgie. La planification 3D associée à l'implantation d'une prothèse sur mesure permet d'augmenter la précision de pose de la prothèse.

Raccourcissement : lors de la pose d'une prothèse de hanche, le raccourcissement de la hanche peut entraîner une détente musculaire et un risque de luxation. La planification 3D associée à l'implantation d'une prothèse sur mesure permet d'augmenter la précision de pose des implants et de limiter le risque de complication mécanique.

Médialisation : lors de la pose d'une prothèse de hanche, la diminution involontaire du bras de levier du col fémoral (offset) entraine une détente musculaire et des risques de luxation. La planification 3D associée à l'implantation d'une prothèse sur mesure permet d'évaluer avec précision l'offset pré-opératoire et de respecter les objectifs de restauration de l'anatomie articulaire.

Latéralisation : lors de la pose d'une prothèse de hanche, l'augmentation involontaire du bras de levier du col fémoral (offset) entraine une tension musculaire et des risques de douleur post-opératoire. La planification 3D associée à l'implantation d'une prothèse sur mesure permet d'évaluer avec précision l'offset pré-opératoire et de respecter les objectifs de restauration de l'anatomie articulaire.

Bureau d'étude : ensemble des ingénieurs qui collaborent avec le chirurgien de la hanche pour concevoir et réaliser un implant fémoral sur mesure aussi proche que possible de l'anatomie et des besoins du patient.

Proposition : dossier technique de prothèse sur mesure, élaboré par le bureau d'étude puis modifié ou validé par le chirurgien de la hanche.

Validation : décision du chirurgien de la hanche de lancer la fabrication de l'implant sur mesure, selon le design élaboré par le bureau d'étude.

Coût : un implant fémoral sur mesure représente un surcoût qui n'est justifié que si le service médical rendu est supérieur à l'implant standard. Cela est particulièrement vrai dans le cas d'une hanche complexe, de morphologie atypique, où l'implant sur mesure permet de limiter le risque de complication mécanique. Le surcoût financier, professionnel et social d'une complication mécanique de prothèse de hanche est majeur, particulièrement lorsqu'une révision chirurgicale est nécessaire.

Durée de vie : toute prothèse implantée dans la hanche présente une usure qui augmente avec le temps. Cette usure est plus importante chez les sujets jeunes et sportifs. La prothèse sur mesure ne permet pas d'échapper à cette usure, mais elle limite le risque de révision précoce pour inadéquation entre l'implant et la hanche native.

Surveillance : une prothèse de hanche doit être surveillée à vie par des contrôles cliniques et radiologiques spécialisés.

Scanner 3D

L'évolution des prothèses

Les étapes de la fabrication

La durée de vie d'une prothèse

Un objet unique Ma prothèse de hanche sur mesure Un film réalisé par Jérôme Bourdon Voir la vidéo

Introduction

Chapitre 1

Ma vie avant l’opération continuez votre histoire avec...

Maladies de la Hanche En savoir plusVoir
Scanner 3D En savoir plusVoir

La réalisation de la prothèse

Chapitre 2
L'évolution des prothèses En savoir plusVoir
Les étapes de la fabrication En savoir plusVoir

L'opération

Chapitre 3
La durée de vie d'une prothèse En savoir plusVoir

Ma vie après l’opération continuez votre histoire avec...

Bonus